mardi 31 août 2021

La passion de Charles

 LA  PASSION DE CHARLES 


   Charles avait depuis toujours la passion des jardins. Il    s'était juré qu'il ne finirait pas sa vie sans posséder un carré d'herbe avec un arbre.



  Les années passaient, il vieillissait, coincé solitaire dans son petit appartement de banlieue dont il avait transformé les appuie fenêtres en jardin suspendu : des pots par dizaines, amoncelés sur les jardinières, risquaient à tout instant la chute, mais débordaient  de fleurs et de verts multiples, du doux tendre bleuté au vif printanier ou sombre de fin d'été. Charles s'évertuait à composer au fil des saisons des thématiques colorées qui épataient les passants et que jalousaient les voisins de la tour. Il attendait  que  la nuit soit bien avancée pour arroser la multitude de plantes car, à plusieurs reprises, il s'était fait tancer par le concierge    "On n'a pas idée de faire pleuvoir sur les gens !"

  Il inventait d 'ingénieux systèmes avec des bouteilles plantées en terre par le goulot et qui diffusaient goutte à goutte le précieux liquide lors des journées caniculaires, il disposait des larves de coccinelles sur les jeunes pousses, les sachant friandes  de pucerons, il se ruinait  chaque samedi en trouvailles fleuries acquises  sur le marché de Montreuil.  Charles ne vivait que pour ses plantations, sans famille, sans besoin, maintenant sans travail et attendant quelque chose qui lui offrirait son carré d'herbe et son arbre. 

      Les  années passaient, les années passèrent. Charles vieillissait.  Charles vieillit.

  Quand arrivaient le vent , les averses d'automne, que les fleurs se faisaient plus rares et moins exigeantes, il se consacrait à la lecture des Rustica des mois de soleil  pendant  lesquels il les avait négligés.  Souvent il passait à la mairie  toute  proche pour voir si, à  tout  hasard, un de ces jardins ouvriers dont il guettait la libération par son locataire  , ne pourrait lui être attribué. Jamais rien de ce côté. Le samedi, il n'allait plus au marché de Montreuil qui lui paraissait maintenant trop éloigné.  Il se  contentait de semis qu'il organisait dès novembre dans un recoin de sa cuisine et ,dès les premiers beaux jours,  il les installait affectueusement dans des pots au premiers soleils du doux mois d'avril. Les plants lui rendaient ses attentions  au centuple, éblouissant l'horizon de ses trois fenêtres : les solanums  grimpaient sur  les fils qu'il tendait en toile d'araignée aux quatre angles des fenêtres, s'entremêlaient de jasmins,  de pois de senteur, capucines et volubilis, de clématites dont il prenait soin d'ombrer les pieds pour ne pas en atténuer la floraison


   Chaque semaine il écoutait comme un  écolier  attentif  les conseils du jardinier des ondes mais souvent , il prenait conscience d'en savoir davantage que lui.

     Le vert filtrait la lumière qui pénétrait  dans l'appartement et Charles se prenait à croire qu'il était sous son arbre,  baignant  dans la douceur pâle du vert d'un tilleul, d'un chêne  ou d'un érable.  Devant la multiplicité féérique des essences,  il ne pouvait se décider au choix :  quel arbre sera mon arbre?  Il les chérissait  tous et ne se sentait pas digne d'en choisir un pour délaisser tous les autres.


          Quand Charles mourut, on trouva chez lui un petit carnet de croquis dans lequel il avait, d'une main malhabile, imaginé  son carré d'herbe et son arbre. Ce projet se répétait à l'infini :  ce n'est pas un mais des dizaines de carnets que trouvèrent les deux nièces venues vider l'appartement.  Elles connaissaient à peine ce vieil  oncle original  qui ne communiquait plus depuis longtemps.  Elles, elles avaient leurs vies en Limousin , enfants, petits enfants, bien loin d'ici, là bas  où Charles était né avant guerre.  Elles savaient seulement qu'il avait quitté sa province pour quelque  obscur de gratte-papiers aux  impôts à Paris et avait toujours vécu à Montreuil.  Nulle attache par ici, elles décidèrent que le mieux serait de le faire incinérer .


       Par un grand vent de printemps, sous un ciel transparent, lumineux, lavé par les pluies  de la veille, les deux nièces dispersèrent les cendres de leur oncle près du colombarium :  

Il y avait là un carré d'herbe  fraîche  que venaient ombrager un chêne noueux et un tilleul centenaire  au doux vert grisé.

dimanche 1 août 2021

Un temps...incertain

 Avec des gris, des verts. Des percées inattendues de lumière.   Les voiles sont de sortie. Et de retour.

    J'aime ces éclairages tranchés.  J'aime ces contrastes bruts. 

    En  un  mot , j'aime mon bassin par tous les temps. 





















lundi 26 juillet 2021

Petit fatras estival

 Arrivée depuis  le 15 juin. Je profite au maximum.


Heureuse enfance d'Albert et Fanny.














La villa Marguerite en Ville d'hiver. Là où Debussy vint pendant 20 ans. 



La Coorniche et sa piscine sur fond d'océan. 




Quand le bassin se fait vert à marée basse à Meyran




Les 18h d'Arcachon à la voile 



Phases inégales de grand beau temps chaud et d'épisodes de vent, de pluie. Le bord de l'océan en somme. Que sera le mois  d'août ? Tempétueux comme dans mon enfance.? Nous verrons bien et entre deux averses des bains délicieux .

   Partage de ces variétés marines.

  


La passion de Charles

 LA  PASSION DE CHARLES     Charles avait depuis toujours la passion des jardins. Il    s'était juré qu'il ne finirait pas sa vie sa...