jeudi 28 janvier 2021

Arcachon hiver 56 il y a presque 65 ans

      Retour sur une période de neige, et  quelle neige ..!  
  C'était il y a presque  65 ans   ...février 56.



                                        __________    



       Pas d'école en ce jeudi, ciel bas et terne, lumière 

tirant sur le jaune. Je ne connaissais pas, habituée 

que j'étais à la clarté lumineuse du bassin 

d'Arcachon, aux grisés bleus de l'hiver  calme et doux

 sur les grèves atlantiques. 




 Ce jeudi là, tout était différent : 

les premiers flocons voltigèrent vers midi, 

                       légers,


                                légers, 

 inhabituels sur mon coin d'océan. 

       Légers,

               légers,

                    légers,

 puis plus denses, serrés, prenant du poids et des 

rondeurs, de plus en plus palpables. 

   Le nez collé à la verrière du studio, comme on 

appelait ce petit salon donnant à l'est, tout vitré,

 je regardais ma première vraie neige, espérant 

secrètement qu'elle ne s'arrêterait jamais.

       Jamais, 

 je priais au fond de moi, car la prière c'est l'avenir 

au présent, je n'osais le dire car mon papa montrait

  des signes d'énervement, semblait contrarié par

 cette atmosphère nouvelle. Toujours pessimiste, il 

imaginait déjà quelque catastrophe.

 La neige continuait, continua, et l'après midi, et la 

soirée, . Vers 17 heures, un ami médecin dérapa dans 

la côte de notre rue,  et sa voiture s'immobilisa le nez dans un réverbère, juste devant chez nous. 

 « Bah, je la récupèrerai demain. Surveille - la »   

lança-t-il goguenard à papa  .

   Le dîner fut électrique. 

 Maman "très enceinte" comme je disais, ne pouvait 

calmer mon excitation, j'allais et venais de fenêtres 

en verrière . La nuit , bleu marine, était scintillante 

de ces mouches blanches qui commençaient à 

imprimer leur graphisme sur ma rétine.

Je ne voyais plus qu'elles. Le coucher fut tardif. 


                      Il neigeait . 

 Au matin, il me fut annoncé qu'il n'y aurait pas école.  

     Derrière les vitres,  le spectacle le plus incroyable 

m'attendait.   l'avenue Gambetta, notre rue depuis la 

terrasse de notre maison 






                           Photo Jean Cottard ,  mon papa 

 Le jardin n'existait plus,  nivelé, englouti, 

 la chaudière à charbon ne tirait pas, comme 

étouffée par l'atmosphère sans vent, enserrante. 

      Il faisait froid dans la maison, mais mon cœur 

battait d'une brûlante chamade. Il neigea tout le 

vendredi. Au matin du samedi, la ville n'était plus 

qu'un gigantesque champ uniforme, d'une blancheur 

qui m'était inconnue.


                            
                            cours Lamarque 



   avenue  Gambetta, devant le garage  Villenave Dufourg
Monsieur Villenave prend une photo pour immortaliser ces journées incroyables. 


                         angle rue du Casino /


                              cours Lamarque   

       Si j'avais dû la comparer à des sons, je l'aurais 

qualifié de « stridente »  aussi insupportable aux 

oreilles qu'elle l'était à mon regard  trop brillante,

 trop ardente,. 


   La voiture de l'ami Gilles avait disparu sous une 

gangue glacée.    Elle resterait trois semaines au 

même endroit, car pendant plus de 20 jours, nous 

connûmes un froid sibérien : tuyaux d'eau gelés,

 il fallait remplir de neige la baignoire pour 

récupérer de l'eau , la faire bouillir...Pénurie de 

charbon. J'ai usé un petit balai de paille pour  le 

simple plaisir de déblayer la neige des marches qui 

descendaient au jardin. Nous, les enfants,si heureux 

de ce cadeau du ciel, nous dévalions l'avenue 

Gambetta avec des  cartons en guise de luges; 

 et  pour les grands, l'école reprit, bon an mal an.

 Je conserve un souvenir extraordinaire :  celui de 

mon père chaussant ses skis de bois ,pour,  avec un 

ami du quartier, effectuer la descente vers le centre 

ville le premier matin de paralysie, histoire de 

remonter pain et lait à des Arcachonnais bloqués 

dans leurs  maisons totalement inadaptées à ce 

climat. Le bassin charriait de la glace, les arbres 

s'effondraient sous le poids , vous pouvez ne pas me 

croire,mais de mes souvenirs, il demeure des traces 

photographiques.





           le bassin charrie de la glace  entre les pinasses  




                 boulevard de la Plage vers  Saint Yves  




            depuis  le balcon de la pharmacie Ardoin 




 rue du Casino 

 au fond,   le Casino  Mauresque  qui  brûla en 1977    





             avenue Gambetta pharmacie    Fleury  

    vue du           balcon de l'étude   de mon grand père 




                                   devant la mairie  




                                     place Thiers 




















                 Photos incroyables, (Léo Neveu )

 collection personnelle et celles que Noël Courtaigne,

 passionné des vieux clichés d'Arcachon m'a autorisé 

à publier. (coll Ardouin ) 

 et des photos personnelles dues à l'objectif de mon 

papa.   Authentique souvenir d'enfance, de ceux qui 

vous laissent un goût de conte  et d'irréel. 



                    Tonton Robert déneige place Thiers   




                               boulevard de la Plage  



                               Gaby devant le Club  




                                L'Hôtel   de France 







                Dans le parc du casino Mauresque 

lundi 21 décembre 2020

Le plus beau des cadeaux

 Oui. Le plus beau des cadeaux. 


     Après de longues années de restauration, dissimulée sous bâches et échafaudages, ENFIN, la Chapelle du Château de Versailles apparaît à nos regards éblouis . 

   Restitution de ce qu'elle fut et que le XXI ième siècle nous rend dans toute sa splendeur. 










 

dimanche 25 octobre 2020

Ô mon bassin

      Retrouvé l'espace d'un grand week-end. 

    Mon bassin que je n'avais pas vu, pas respiré, pas  goûté depuis 2 ans et demi.

 Émotion des retrouvailles avec tes rivages en ces jours d'octobre lumineux.  Émotion des revoyures  avec famille et amis.  

  Brève rencontre mais si riche !




















lundi 12 octobre 2020

Économusée de la Haute Lande







Un petit train vapeur qui quitte 

la gare de Sabres  pour un voyage 

dans le temps .  


 Nous sommes en Haute  Lande, pour 

nous  rendre  au coeur des racines

 landaises à l'écomusée de Marquèze.





L'airial et la maison  traditionnelle.

L'intérieur  et ses trésors  d'hier, 

 si joliment  mis en spectacle,  jusqu'aux

 sabots !  La réalisation  de cet 

écomusée s'est beaucoup inspirée des 

travaux de Felix  Arnaudin,

natif de Labouheyre , poète,  
     
                 ethnologue,

 photographe, spécialiste de la Haute -

Lande au 19ème siècle et qui laissa plus 

de 2200 clichés de la vie de ce territoire 

 mal connu et délaissé .




































  Et l'image qui suit réveille mes souvenirs  d'enfance,  la saignée des grands pins ,  le  gemmage,  pour recueillir la résine dans ces pots de terre qui, aujourd'hui, ont disparu de ma forêt landaise. 



Le gemmage s'effectuait à  l'aide d'une hache recourbée , le hapchòt , en gasco








et laissait  au  sol  les précieusesgalips,  indispensables pour faire  partir  le feu et que l'on glanait sous les pins.















Et la reconstitution  des durs travaux 

de l'élevage et des champs,  

sans oublier 

le poulailler perché pour mettre 

les poulettes  à  

l'abri des renards .
















Jusqu'à la plantation des pins sous Napoléon III  la lande était une zone humide et marécageuse .  Le déplacement sur les échasses permettait de passer dans ces marais pour  guider les troupeaux de moutons. Seul moyen de traverser ces landes inhospitalieres. Aujourd'hui  les échasses ne sont plus que  folklore





mais au milieu du bassin d'Arcachon  l'île aux oiseaux  perpétue leur souvenir avec les cabanes tchanquées= échasses. 
















Madame se dévoile de plus en plus

  La Chapelle Royale  nous apparaît  de plus en plus.   Quelle splendeur !